Les amis du théâtre de la liberté de Jénine

Israël révoque l’amnistie de Zakaria Zubeidi

mardi 3 janvier 2012

Communiqué de presse du Freedom Theatre, camp de réfugiés de Jénine, du 31 décembre 2011.

Le cofondateur, le supporter ardent et guide du Théâtre de la Liberté, a été averti par l’Autorité Palestinienne que les autorités israéliennes ont révoqué son amnistie. Zubeidi est depuis le 29 décembre tenu en état d’arrestation à l’intérieur des quartiers de sécurité palestiniens, soit disant par ordre d’Israël. Aucune raison n’a été donnée pour justifier cette incarcération.

PNG

L’amnistie lui avait été accordée en 2007 par le cabinet du premier ministre israélien lorsqu’il s’est retiré de la résistance armée. Zubeidi avait réussi à échappé à de nombreuses tentatives israéliennes d’assassinat pendant l’intifada. Selon l’accord d’amnistie il pouvait demeurer en sécurité dans le district de Jénine contrôlé par l’Autorité Palestinienne sans que l’armée israélienne ne cherche à l’arrêter ou à l’assassiner.

Depuis sa captivité, Zubeidi hier a dit : « Je peux supporter des interrogatoires pendant un an si nécessaire, mais je veux juste être assuré qu’après cela je recouvrerai ma liberté".

Après avoir été le leader de la résistance armée pendant la seconde intifada, depuis 2006, Zubeidi s’est consacré à la résistance culturelle non-violente à travers le théâtre. Il a fondé le Théâtre de la Liberté avec Juliano Mer Khamis qui a été assassiné cette année par des assaillants inconnus. Dans le camp de réfugiés de Jénine, le Théâtre de la Liberté est un lieu culturel qui utilise l’art comme forme de résistance à l’occupation.

Zubeidi est devenu un des principaux avocats de la résistance non-violente par l’art. Ainsi que le dit Zubeidi : "Nous avons utilisé la résistance armée pour représenter notre cause dans l’Intifada, puis nous avons décidé de suivre le programme d’amnistie de l’Autorité Palestinienne et de cesser la résistance armée ; ainsi j’ai continué ma résistance contre l’occupation par la résistance culturelle et le Théâtre de la Liberté est l’une des institutions que je soutiens pleinement."

Aucune raison n’a été donnée pour cette soudaine suppression de son statut d’amnistié. Le Théâtre de la Liberté considère cela comme une nouvelle étape dans les attaques et le harcèlement continus auxquels le Théâtre de la Liberté est soumis depuis quelques mois ; y compris des attaques contre le théâtre et des arrestations nocturnes répétées de ses membres par les forces armées israéliennes.

- Quelles que soient les raisons que donneront les autorités israéliennes pour ce revirement cynique, il compromet le suite du travail du Théâtre de la Liberté dans sa défense de la résistance non-violente et il met Zakaria en danger. Zakaria s’est toujours conformé aux conditions de son amnistie tout en soutenant une intifada culturelle, dit Jonatan Stanczak, le troisième cofondateur du Théâtre de la Liberté.

Le Théâtre de la Liberté condamne vigoureusement ces actions et tient à insister sur le fait que la vie de Zubeidi est vraiment en danger. Le Théâtre de la Liberté exhorte tous ses amis à contacter l’Autorité Palestinienne, la DCO [*] israélienne de Jénine, les représentations israéliennes de vos pays, les parlementaires, pour exprimer l’opposition à cette mesure et soutenir Zakaria Zubeidi.

Pour plus d’information contacter :

Jonatan Stanczak, cofondateur et directeur actuel du Théâtre de la Liberté, jonatan@thefreedomtheatre, +46 (0)70 7908296

Nabeel al Raee, directeur artistique du Théâtre de la LIberté, nabeel@thefreedomtheatre.org, +972 (0)59 996 8673

Zakaria Zubeidi at +972 (0)59 935 8506 (possibilités d’appels sporadiques)

Numéros à contacter :

Le commandant du district israélien : +972 (0)4 6407312

Taiseer Shrakah, représentant de l’AP : +972 (0) 599800009

Majd Faraj, chef des services de renseignements palestiniens : +970 (0)59 777 88 87

Abo Mohammad Shadeh, chef du service de sécurité du cabinet du Président : +970 (0)59 900 0011

Dr Said Abo Ali, Ministre de l’Intérieur : +970 (0)59 944 75 47

Saeb Erekat, chef des négociateurs : +970 (0)59 930 38 50

Ataeb Abdurahem, Sécurité Nationale : +970 (0)59 955 88 22

Qadura Mussa, gouverneur de Jénine : +970 (0)59 920 54 79

(Traduction : SF )

[*DCO signifie "District Coordination Office" il s’agit d’une structure créée lors des accords d’Oslo(NdT)


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 317 / 59291